L’Éducation Prénatale : une clé simple et efficace pour mettre au monde des enfants sains

L’Éducation Prénatale : une clé simple et efficace pour mettre au monde des enfants sains, équilibrés et créatifs.

Par Ioanna Mari, Présidente de l’OMAEP
Colloque : « s’unir pour la cause des enfants, un défi pour toutes les femmes »
FIMB Paris, Neuilly, sur Seine, 3 avril 2009.

Soleil brodéTous les couples, tous les jeunes, tous les peuples, souhaitent avoir des enfants sains et doués de belles de qualités. Mais ils ne savent pas que cela est vraiment possible !

La clé est la période où sont basés les fondements de l’être : la période prénatale.

Les connaissances scientifiques et psychologiques actuelles montrent qu’au cours de la période prénatale, l’être humain construit les bases de sa personne future : sa santé, son psychisme, les grandes lignes de son caractère, ses talents, sa créativité.
Ceci grâce aux matériaux physiques, psychiques, mentaux et spirituels fournis par ses parents et particulièrement sa mère. La transmission s’opère par de multiples voies : physique, hormonale, bio énergétique et psychique.

Le biologiste américain Bruce Lipton rapporte qu’aujourd’hui la génétique constate que la mère par ses sensations, ses sentiments et ses pensées – et à travers elle le père et leur milieu – influencent le capital génétique de l’enfant in-utéro. « Les futurs parents sont de véritables ingénieurs génétiques de leurs enfants et des adultes, qu’ils vont devenir, donc de l’Humanité de demain. Il est urgent qu’ils en soient informés ». Il y va de l’avenir des enfants, des adultes qu’ils deviendront et de toute l’humanité.

Si les futurs parents sont informés, ils peuvent créer pour leurs enfants à naître les conditions les plus favorables, tout naturellement, par une façon de vivre, saine, calme, aimante, en communication d’amour avec l’enfant, pleins d’attention pour lui. Cette façon de vivre saine et positive, aussi harmonieuse que possible, consciemment orientée vers l’enfant, avec la pensée que celui-ci est le plus beau cadeau : c’est cela la meilleure éducation prénatale que les futurs parents – premiers pédagogues – peuvent lui offrir. Elle est très puissante, car elle intervient lors de la construction de l’être. Elle agit sur sa santé physique et psychique. Elle constitue la prévention la plus efficace de tout dysfonctionnement.

L’O.M.A.E.P. et les 17 Associations nationales dans 17 pays qui la composent, ont comme objectif la transmission de ces connaissances aux jeunes et à toute la société afin que tous se responsabilisent autour de cette nouvelle dimension du rôle parental.

Une simple information suffit pour cet élargissement de conscience et pour la mise en application de ce nouveau savoir.

Les jeunes – et les plus âgées – sont toujours enthousiasmés en découvrant ces connaissances vitales, qui les amènent à réaliser leur grande puissance créatrice parentale.

Ils comprennent que leur rôle est important, puisqu’ils ne vont pas préparer seulement leur enfant, mais aussi l’adulte que cet enfant va devenir.

En effet, il y a déjà plus de 25 ans que nous diffusons l’éducation prénatale dans tous les milieux. Nous sommes les premiers émerveillés par les confidences des parents qui l’ont appliquée et qui regardent leurs enfants grandir et s’épanouir. Ces enfants surprennent les pédiatres et les maîtres et professeurs par leur bonne santé, leur vigueur, leur énergie, leur intelligence, leurs talents, leur paix intérieure et l’intégrité de leur caractère.

L’éducation prénatale apporte dans l’immédiat la naissance d’enfants sains et équilibrés, entraine la consolidation du couple uni dans un idéal commun et l’affermissement des bases de la famille. A plus long terme, elle apportera l’amélioration de la santé publique, car l’éducation prénatale est la prévention la plus efficace de tout dysfonctionnement, de l’agressivité, de la violence et de la criminalité. La communication d’amour des parents et surtout de la mère avec l’enfant in utero, atténue l’anxiété de celle-ci, cause principale de l’agressivité de l’enfant ou de son attitude de victime passive.

Elle apportera aussi un meilleur équilibre psychique, l’épanouissement des qualités morales et de la créativité des citoyens, et par conséquent une meilleure situation de l’économie, actuellement en crise en raison de la diminution importante des dépenses pour la santé, pour la criminalité et la délinquance, en raison aussi de l’augmentation de la productivité des citoyens dans toute profession.

Actuellement nos sociétés dépensent énormément pour les soins et la rééducation des personnes, la réparation des dommages causés et ne donnent pas la somme minime nécessaire pour la prévention.

Les pays qui souffrent de problèmes démographiques trouveront la une solution, car – l’expérience nous le montre – les parents, ravis des qualités de leur premier enfant désireraient tout naturellement en mettre d’autres au monde.

Ces connaissances sur les fondements de la vie sont, par leur nature, destinées tout premièrement aux jeunes. Elles feraient partie intégrante de leur préparation à la parentalité et leur place idéale serait dans les programmes de l’Enseignement.
Les jeunes, à ce stade sensible de leur vie, sont très réceptifs. Ils peuvent alors programmer leur existence et y accomplir les plus grands changements.

Quel dommage que partout dans le monde – à ma connaissance – nous laissons notre jeunesse si intelligente et sensible, dans l’ignorance de ce qui concerne l’œuvre la plus importante que la nature leur confie: celle de préparer les citoyens de demain!

De cette lacune nous sommes tous responsables.

Pourtant le premier droit de chaque enfant est celui de naître sain et riche en valeurs humaines.
Nous proposons de compléter “la Convention Internationale des droits de l’enfant » par le droit à la protection de l’enfant en période prénatale.
Ces connaissances devraient être intégrées dans la formation des professionnels de l’éducation, de la santé, être incorporées dans les programmes scolaires de tous les niveaux, être intégrées dans les préoccupations d’autres Organismes internationaux et s’occupant de l’enfant, et diffusées par les médias.

Mais c’est surtout une conscience collective de toute la société que nous devons susciter. Chaque membre de la société, quelle que soit sa position, peut participer à des mesures sociales d’accompagnement.

Mais nous tous, unis, solidaires pour servir l’intérêt des enfants, nous pouvons arriver à notre but, informer les jeunes, éveiller les consciences humaines sur les grandes possibilités éducatives des parents dès la période prénatale.

Voici encore quelques moyens simples, très efficaces, à mettre en application.

  1. Quand des hommes et des femmes unissent leur vies par le mariage devant le maire, les services civils de la mairie leur délivrent une attestation de mariage. A ce le moment ils peuvent leur remettre également une petite brochure les instruisant de leur rôle parental dès la vie prénatale de leurs futurs enfants.
    En Grèce, depuis plusieurs années, cela s’effectue par décision du Ministère de l’Intérieur – L’Association pour l’Éducation Prénatale de Grèce a édité une brochure à 100.000 exemplaires et en envoie continuellement aux mairies.
    Pour un coût minime, le profit humain est grand.
    Si cet exemple peut être repris dans d’autres pays, l’OMAEP s’engage à étudier une brochure dont chaque Association réalisera l’adaptation nécessaire.
  2. Dans la plupart des villes, des bibliothèques municipales qui fonctionnent au prêt, il est possible de leur envoyer livres et brochures (des D.V.D. peut-être) sur l’éducation prénatale.
  3. Le jeune personnel des entreprises serait ravi de recevoir de celles-ci une brochure sur la préparation à la parentalité. Cela entre dans l’esprit des directions d’aujourd’hui, qui veulent offrir un peu plus que le salaire à leur personnel.
    De même une brochure pourrait être distribuée aux fonctionnaires des services publics.
    Nous proposons que les congés de maternité soient accompagnés par la transmission de ces nouvelles connaissances sur le rôle parental.
  4. Les maternités publiques et privées pourraient distribuer des fascicules aux futures mères, ainsi que les laboratoires en contact avec les femmes enceintes.

Mais chacun de nous peut aussi en offrir à son entourage.

Le Monde du Travail se préoccupe actuellement de concilier la maternité, et la vie familiale avec la vie professionnelle des hommes et des femmes. Cette conciliation pose sans doute bien des problèmes. Cependant des efforts sont faits par des entreprises et des administrations de plus en plus nombreuses. A nous de les persuader que l’information que nous proposons sur l’éducation prénatale apporterait beaucoup à tout le personnel. Les femmes enceintes se sentiraient considérées et libres – même pendant leur temps de travail – d’adresser à leur bébé une pensée, une parole d’amour, une caresse. Maintenir consciemment ce lien est si important pour l’un comme pour l’autre.

L’état demande des collaborateurs car il éprouve de difficultés à agir seul face à des besoins si nombreux et si variés.

C’est à nous, ensemble et solidaires de répondre à cet appel.

L’ère actuelle est l’ère des citoyens, de la société civile, des ONG.

Nous toutes, les ONG, qui travaillons pour les enfants, avec des citoyens éclairés et motivés, avec les Mairies représentant la société locale, plus proche de la population que toute autre institution, nous pouvons faire des miracles, nous pouvons améliorer considérablement l’avenir de nos enfants et de nos sociétés.

<— Retour aux Publications

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *